Même l’agriculture laisse traîner des tonnes des plastique

Chaque année, un million de tonnes de matériau plastique est transformé ici en Suisse – que ce soient des produits à durée de vie limitée comme les emballages, ou pour fabriquer des biens avec un bien plus long cycle de durée de vie. Ce sont 780’000 tonnes de plastique qui sont jetés par année. Une trop grande quantité finit simplement dans nos sols et nos eaux.
September 1, 2021
Fausta Borsani

Abrasion des pneus tous azimuts

Sur la base de l’étude «Le plastique dans l’environnement Suisse», l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) estime qu’environ 14’000 tonnes de matières plastiques sont rejetées chaque année dans les sols et les eaux en Suisse. La majeure partie provient de microplastique avec une taille de particules inférieure à 5 millimètres. L’abrasion des pneus représente la source principale avec 8’000 tonnes. Les microplastiques présents dans les cosmétiques et l’usure des textiles synthétiques lors du lavage polluent principalement les eaux de surface.

Plastiques dans les installations de compost et de biogaz

De plus grandes particules, les macroplastiques, pénètrent dans l’environnement principalement à cause de la mise au rebut négligente des déchets (environ 2700 tonnes) et de l’élimination incorrecte des produits en plastique. Par exemple, l’élimination inappropriée des emballages et des sacs en plastique dans les déchets verts est une source importante de plastiques dans les sols. L’OFEV estime la part de matières plastiques dans les déchets verts à plus de 800 tonnes par an. Le compost et le digestat contaminés par les plastiques finissent ensuite sur les terres agricoles. Afin de réduire cette contamination, la valeur limite des matières plastiques dans le compost et le digestat a été abaissée dans l’ordonnance sur la réduction des risques liés aux produits chimiques en 2016.

L’agriculture sème du plastique

Il est difficile d’imaginer l’agriculture moderne sans les produits en plastique. Avec le littering et en tant que substances étrangères dans les digestats et les engrais de compostage, ils sont également les principales sources d’apports de plastique sur les surfaces agricoles utiles. Les résidus plastiques issus de l’agriculture représentent environ 1000 tonnes par an qui pénètrent dans le sol sans être traités. Cela est dû au fait que les agriculteurs utilisent de grandes quantités de film plastique pour protéger leurs cultures, par exemple dans la production de fruits et légumes. Par la suite, ils laissent souvent traîner les plastiques. Les rayons du soleil les décomposent partiellement et les rejettent dans le sol et l’eau environnants.

Quand la protection devient déchet

Depuis le début des années 1990, les plastiques sous diverses formes ont également conquis la forêt, principalement pour parer aux dégâts causés par le gibier – des spirales de protection contre l’abroutissement sur des clips de protection terminaux en passant par les tubes de protection et les filets de protection. En partie avec une fausse publicité, ces moyens semblent offrir aux propriétaires forestiers un «paquet tout compris sans souci». Les descriptions de produits contiennent des expressions telles que «se décompose en eau et en dioxyde de carbone», «des additifs rendent les plastiques biodégradables» ou «compostable et biodégradable selon DIN…». Cela suggère que les produits peuvent rester dans la forêt – mais ce n’est pas vrai. Le principal problème est que le plastique est souvent laissé dans la forêt et se «dégrade».

Du plastique partout: le principe de précaution doit s’appliquer

Les matières plastiques ne se dégradent guère dans l’environnement, ou seulement sur une très longue période. Elles s’accumulent donc dans l’environnement. On trouve du plastique – principalement sous forme de microplastiques – dans l’eau, le sol, l’air, le compost, les organismes et même dans le tube digestif et le placenta des humains. Il existe un grand manque de connaissances et de données sur l’étendue et les effets de la pollution environnementale et sur les effets possibles des plastiques sur la santé. En outre, les effets à long terme de l’exposition aux plastiques – en particulier aux microplastiques – sur les organismes vivants ne sont pas encore connus. Parce que nous prenons au sérieux le principe de précaution, nous demandons chez sansPoison: les apports de plastique doivent être réduits autant que possible car ils n’ont pas leur place dans l’environnement.

Figure: Diagramme des flux des matières, OFEV https://www.bafu.admin.ch/bafu/de/home/themen/abfall/fachinformationen/abfallpolitik-und-massnahmen/kunststoffe-in-umwelt.html#247060332

Sources:

https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/dechets/communiques.msg-id-79088.html

https://www.bafu.admin.ch/bafu/fr/home/themes/dechets/info-specialistes/politique-des-dechets-et-mesures/matieres-plastiques-environnement/faq-kunststoffe.html#1072487516

Étude: Le plastique dans l’environnement Suisse, État des connaissances sur les impacts environnementaux des plastiques (micro- et macroplastiques) sur mandat de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV), 2020

https://www.waldwissen.net/de/waldwirtschaft/betriebsfuehrung/organisation-und-planung/wenn-der-schutz-zum-abfall-wird

Étude: Flux plastiques dans l’agriculture suisse et risques potentiels pour les sols, Recherche agronomique suisse, 2019